Rechercher

E.R.I.C France veut simplifier la vie des dentistes

La société de Rueil-Malmaison, fondée en 1985 exploite un logiciel de gestion et de visualisation d'imagerie médicale haut de gamme pour les dentistes. Rachetée fin 2020 par Claire Perrin, la société veut doubler son chiffre d'affaires en deux ans.



Faciliter la vie des dentistes , c'est la mission que s'est fixée E.R.I.C France, société fondée en 1985 et basée à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine). Son logiciel GID permet de simplifier la gestion de la patientèle et de la télétransmission, les devis, et les visuels d'imagerie médicale.


Si l'entreprise a aujourd'hui quelques centaines de cabinets et cliniques clientes, sa reprise fin 2020 par Claire Perrin ouvre de nouvelles perspectives pour E.R.I.C France. Le potentiel de l'entrepreneuse vient d'ailleurs d'être récompensé, puisqu'elle a été sélectionnée pour rejoindre le programme de Goldman Sachs 10.000 Small Businesses France, destiné aux PME ayant plus de 250.000 euros de chiffre d'affaires ayant de fortes ambitions de développement.


Doubler le chiffre d'affaires en deux ans


En effet, la nouvelle présidente a de nombreux projets « j'ai déjà optimisé plusieurs process, et notamment numérisé tous les échanges », explique-t-elle. Elle a également repensé le design du schéma dentaire proposé par GID, et amélioré l'ergonomie de plusieurs fonctionnalités du logiciel.


Mais le plus important reste à venir. La présidente souhaite doubler d'ici deux ans le chiffre d'affaires de la société (qu'elle garde confidentiel). Pour cela, elle mise sur de nouvelles fonctionnalités du logiciel GID mais aussi sur la communication, un service jusqu'ici quasi-inexistant dans l'entreprise, qui fonctionnait principalement au bouche-à-oreille. Avoir un impact plus direct

Si c'est la première expérience entrepreneuriale de Claire Perrin, elle a tout de même un certain bagage. Diplômée de l'école de commerce ESCP, elle a été manager pour General Electric Healthcare et directrice de la transformation numérique du laboratoire pharmaceutique Lilly International.

« J'ai beaucoup appris en travaillant dans de grands groupes, et je souhaitais rester dans un secteur à impact social, comme la santé, mais je voulais que cet impact soit plus direct dans mon activité », explique-t-elle. Raison aussi pour laquelle elle opte pour le recrutement d'alternants. Claire Perrin souhaite passer de 10 à 20 salariés en deux ans, suivant l'évolution prévue du chiffre d'affaires. Elle a déjà signé plusieurs contrats à 100.000 euros comprenant l'achat du logiciel et de nouveau matériel radiologique et informatique, autre activité d'E.R.I.C France.


Léo Da Veiga

0 vue0 commentaire